En scène pour le jury pro 2016

En scène pour le jury pro 2016

Nous y sommes enfin, l’aboutissement de plusieurs années d’apprentissage, de travail acharné, mais surtout de passion.

Les étudiants sont sur leur 31, c’est à l’issue de ces années que le fruit de leur travail va être exposé devant des professionnels venus du monde entier (malgré quelques problèmes aériens…).

 

 

Après s’être régalés des premiers films, nous profitons de l’entracte pour interviewer les studios, mais aussi recueillir les premières impressions de notre directeur, Gilbert Kiner :

« J’ai un avis très positif, tous les films sont prêts et tous les étudiants le sont également. Les studios sont très très intéressés, on va vers un recrutement de l’ensemble de la promotion dans un délai très court donc oui je suis très satisfait. Tout va bien».

 

Puis nous rencontrons Julien Vallet et Cécile Steinlein de Mikros Image ; Mikros est un début de carrière pour beaucoup d’Artfxiens. Julien est un habitué des jurys d’Artfx, c’est au moins la sixième ou septième fois qu’il vient. Pour Cécile c’est une première, mais tous deux sont agréablement surpris des films présentés.

 

Emily Macfarlane de Double Negative ainsi que Michael Farrell de MPC London nous livrent également leurs avis qui commencent par un « Very good ! ». Ils ont apprécié un haut niveau technique ainsi que le mélange des films live et CG.

 

 

Le jury se déroule sans encombre, il ne faut cependant pas oublier la raison principale de celui-ci : décrocher un premier job.

Julien Vallet, recruteur de Mikros Image nous explique qu’il est venu chercher de potentiels employés :
« Cette année on a une double casquette, on vient aussi pour recruter l’animation parce que c’est un nouveau département chez nous et on va avoir besoin de beaucoup de monde avec des profils différents, du setupeur au compositeur.
Il y a beaucoup de postes qui se créent en ce moment, environ 200 à Paris, une centaine à Londres avec la récente création de Mikros London.

On vient recruter les talents de demain, nos futurs collaborateurs. On fait tous les jurys, on se partage et on se dit aller hop à l’attaque ! On est super ouverts et on a envie de travailler avec pleins de gens différents.

On a la chance en France d’avoir signé des choses en France, donc du coup on aimerait bien que vous arrêtiez de partir forcement à Montréal ou à Londres !  ici en France on peut faire des trucs super cool et on a besoin de nos élèves français.
Ces dernières année on s’est fixé un nouveau challenge qui est de l’animation, ça fonctionne bien il y a du boulot c’est super, il y a pleins de choses à faire et on a besoin de vos talents ».

 

Si vous cherchez du travail, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire. Il y a d’ailleurs de nombreux Artfxiens qui ont travaillé sur ASTÉRIX, LE DOMAINE DES DIEUX.

 

Michael Farrell de MPC London est lui aussi venu pour recruter. Nous apprenons qu’il recherche des Fx artist utilisant Houdini ainsi que des lighters. Double Negative quant à eux recherchent des animateurs pour leur studio au Canada.

Pour les qualités attendues, les studios sont tous d’accords sur une chose : c’est être passionné et savoir travailler en équipe. Il faut bien sûr avoir un minimum de technicité également, d’ailleurs nous apprenons une petite nuance à ce propos entre les studios français et ceux basés à l’étranger. En France la tendance est plus à être généraliste, tandis qu’aux États-Unis ou en Angleterre, la spécialisation est de mise. Les exigences techniques sont donc plus hautes mais on nous rassure :

« Le niveau technique doit être supérieur mais dans cette école le niveau est très haut donc c’est bon ».

 

Il semble faire bon vivre dans les studios et cela nous donne hâte d’être à notre tour sur scène pour présenter nos futurs films.

L’auteur de l’article

Comments are closed.