S’exprimer à travers la création d’une œuvre d’art…

S’exprimer à travers la création d’une œuvre d’art…

Dans le cadre d’un projet géré par Franck Basset, les élèves de première année ont dû créer une œuvre d’art de toute pièce. Les consignes étaient très concises. Ainsi, la liberté était quasi totale. « Quasi » car bien évidemment, notre professeur nous a tout de même encadrés tout le long de ce projet pour nous guider un minimum dans notre démarche.

 

 

 

Lors de ce workshop, nous pouvions partir sur n’importe quel concept : peinture, sculpture, photographie, court-métrage… Le choix était très diversifié pour chacun.
Le but de ce projet : briser la glace, surmonter les complexes et s’exprimer tout simplement. Une exposition a donc été organisée autour de nos œuvres d’art sur plusieurs jours . Certains étudiants des années supérieures ont trouvé que de nombreuses idées étaient bonnes, ce qui encourage toujours les premières années à croire en ce qu’ils font. « Travailler sur un sujet libre était intéressant et grâce à ces œuvres, nous avons pu nous découvrir davantage » m’a confié un élève. Pour la plupart, ce fut une expérience très positive, même si certains ont pu être déstabilisés de l’absence de contraintes au départ.
La diversité des œuvres présentes était le point fort de cette exposition. Séries photos de nature morte, toile géante représentant des créatures imaginaires, vidéo de stop-motion, drapeaux constitués de bonbons, sculptures en référence à Dali,… Voici quelques exemples de ce que l’on a pu découvrir lors de cette exposition, résumant toute la créativité dont les premières années ont su faire preuve.

 

 

Un des projets qui a retenu l’attention est celui de Jules Vroegop. Il s’agit d’un travail de stop-motion filmant une course poursuite par un monstre sanguinaire où le héros passe par différentes formes : Lego, pâte à modeler et dessin animé.

C’était un projet très ambitieux pour un élève de première année, mais le résultat a été à la hauteur et surprenant. Étant depuis toujours un grand fan de Lego et de stop-motion, il a souhaité relever le défi en réalisant cette vidéo d’environ deux minutes. Ainsi, il s’est lancé dans ce projet palpitant…

Avant toute chose, il a fallu s’occuper de la rédaction du scénario pour pouvoir ensuite dessiner le storyboard. A partir de là, il a réalisé une animatique afin de choisir la musique pour chaque scène et de peaufiner le tout. Après cela, la mise en place du studio ainsi que la création des personnages et du décor a été une étape capitale du film. Et voilà le tournage peut commencer, la partie la plus conséquente du projet !

 

La réalisation s’est faite entièrement à l’ancienne, sans logiciel prévu pour la stop-motion. Les mouvements de caméra ont été très présents dans la vidéo. En effet, de nombreux travellings et panoramiques ont été effectués, afin de rendre la vidéo plus vivante car après tout « c’est un film et non une seule succession photo ».

 
 

Jules a dû cependant recourir à quelques astuces concernant ces mouvements de caméra : en filmant la scène avec des cadrages plus larges, les panoramiques ont pu être faits en post-production. En ce qui concerne les travellings, il a fait preuve d’une autre combine : afin de garder la même distance entre la caméra et le sujet, il a fixé les deux sur une même plaque, ainsi il n’y a eu aucune perte de courbes d’animations.

 

Photo après photo, le tout prenait forme. Évidemment, comme dans tout tournage, il a fallu faire des concessions ; afin de garder un rythme soutenu certains passages ont été supprimés au montage comme une grande partie du dessin animé. L’étalonnage a aussi fait partie de la post-production comme étant un élément essentiel du rendu final car il a permis de donner un véritable cachet au film.
Rappelons que tout est important dans un tournage.

Le résultat était surprenant : pour la plupart des visiteurs, ce fut une véritable découverte et très vite le travail de Jules s’est fait connaître un peu partout, dans l’école.
 

 

La maîtrise dont il a su faire preuve pour ce projet a su conquérir les visiteurs. Tout a été très bien géré : le scénario, les différentes techniques de stop-motion, le rythme, le dynamisme des plans, le placement de caméra.
On peut donc dire que Jules a effectué un travail de qualité et très impressionnant pour un élève de première année. La créativité ne manquait pas non plus à son projet ; une petite référence à Star Wars a été appréciée par les plus grands fans, ce qui a rendu son projet plus authentique.

 

Ce projet a été très enrichissant pour tous les nouveaux étudiants et nous a permis de découvrir le potentiel de chacun.
Rendez-vous le 19 Janvier pour, on espère, encore pleins de nouvelles surprises !

L’auteur de l’article

Comments are closed.