Clermont Ferrand Jour 1 : l’atelier de l’école ArtFx

Clermont Ferrand Jour 1 : l’atelier de l’école ArtFx

Cette semaine, les élèves de troisième année d’ArtFx ont été conviés à présenter l’école au grand Festival du court métrage de Clermont Ferrand.

Accompagnés de Gilbert Kiner, directeur et Florian Rhin, professeur de FX, nous avons donc pris la route dimanche matin quittant le soleil pour la neige et les routes verglacées.
Quatre heures plus tard, nous sommes arrivés sur le « chalet », stand d’ArtFx construit par l’école d’architecture de Clermont, pour finir d’installer le matériel qui nous servira tout au long de la semaine.
Après une soirée de détente et de découverte de la ville, nous sommes revenus le lundi matin à 9 heures pour débuter la première grosse journée de la semaine.

 

Lors de ce premier jour, nous avons rencontré des personnes de tout âge, collégiens, lycéens et même des personnes d’autres stands qui présentaient leurs écoles. Nous devions donc nous adapter à l’auditoire en simplifiant l’explication des processus de création. C’était avant tout une journée de découverte pour les personnes présentes.

 

La grosse attraction du stand pour le public et pour nous (bah oui il faut aussi qu’on s’amuse !) est l’imprimante 3D qui nous a servi à imprimer des sculptures ou des visages de personnes préalablement photographiées sous tous les angles. Une partie du stand est exploitée comme studio de prise de vue. Cette technique n’est pas nouvelle mais peu utilisée ; il suffit par exemple de choisir un modèle, de prendre quelques photos de la personne ou d’une sculpture et ensuite de les envoyer dans un logiciel dédié calculant à partir des photos une modélisation 3D juste et texturée. C’est une technique qui a été beaucoup utilisée sur le film de fin de cursus Hybris (promo 2014).

 

A coté de l’imprimante, quelques élèves talentueux de la promo (ils m’ont forcé à dire ça), sculptaient en live des dragons et autres créatures pour le plus grand plaisir des yeux qui passaient par là. La présentation de l’école ainsi que de quelques courts métrages ont fait leur petit effet.

 

L’organisation nous a fait une surprise en dressant un mur où l’on pouvait se lâcher et « gribouiller ». Le mur a été le petit plus créatif de la journée qui a intrigué les plus petits visiteurs.

 

Pour conclure, la journée s’est terminée comme elle a commencé : dans la bonne humeur !

Nous partons avec le plaisir d’avoir entendu plus d’une fois : « quand je serait grand je veut faire ça… » et nous allons donc écumer les salles de cinéma du festival pour voir des centaines de films.

 

 

Benjamin Bernon

L’auteur de l’article

Commentaires (1):

  1. Bonjour,

    Pour faire suite à votre article, vous pouvez retrouver des articles sur l’Atelier

    http://transmissionimpossible.org/l-atelier/

    http://transmissionimpossible.org/lecoleduspectateuraufestivaldeclermont/

    Cordialement