De l’importance du graphisme dans les jeux vidéos AAA

De l’importance du graphisme dans les jeux vidéos AAA

L’avènement d’une nouvelle génération de consoles est souvent source d’une amélioration graphique conséquente pour les jeux…

 

La 8ème et dernière génération en date ne fait pas exception à la règle même si la progression n’est pas aussi fulgurante que pour les générations antérieures. Preuve en est : la récente release HD du dernier Tomb Raider (image ci-dessous) de Square-Enix.

 

 

Source : http://www.tuxboard.com/tomb-raider-comparatif-ps3ps4/

 

Cette amélioration graphique est d’ailleurs la principale raison d’achat de ces dites consoles. Pour justifier cet achat, il faut des jeux exploitant ces technologies avancées – des jeux à gros budgets, les fameux AAA.  Hors, si ces jeux n’atteignent pas la qualité graphique promise ou espérée par les joueurs, ceux-ci le bouderont à la sortie: leur prix d’achat n’étant en rien justifié, si l’on peut dire.

C’est un cercle assez vicieux dans lequel les éditeurs peuvent vite se casser la figure, et leur jeu avec.

 

C’est d’ailleurs ce qui arrive à Ubisoft avec son jeu Watch Dogs.

Le jeu d’Ubisoft avait surpris à l’E3 2012 par ses environnements détaillés, ses animations fluides, et ses divers effets. Cependant, au fur et à mesure des nouvelles vidéos de gameplay, la qualité graphique n’a cessé de diminuer. Ce qui n’a pas manqué de provoquer la colère des joueurs.

http://www.youtube.com/watch?v=wBGIi9VA_AI

La vidéo comparative ci-dessus illustre parfaitement ces propos.

 

En revanche, il est à noter aussi que la qualité graphique ne fait pas tout pour les AAA. Les joueurs sur ces consoles sont aussi exigeants quant à la qualité du gameplay.

 

 

Le jeu Ryse – Son of Rome (image ci-dessus) de Crytek sorti conjointement sur Xbox One et PS4 en a d’ailleurs fait les frais. Malgré une qualité graphique indéniable, le gameplay du jeu est monotone et peine à enthousiasmer.

 

À l’inverse, on note que pour les jeux indépendants (à coût modéré), les graphismes sont certes un élément peu important, mais néanmoins nécessaire.

 

 

Le succès de Sword & Sorcery (image ci-dessus) indique bien cela : ses graphismes pixellisés se font oublier par un gameplay efficace et une histoire prenante.

Cependant, même dans le cas des jeux indépendants, la cohérence graphique se doit d’être de mise.

Il incombe donc à toutes les équipes de développement d’utiliser les graphismes comme atout de différenciation et de choix pour les joueurs, tout en restant dans les budgets et temps impartis au développement.

 

 

L’auteur de l’article

Game Designer indépendant. Intervenant "Gestion de projets" chez ArtFx.

Commentaires (1):

  1. Très bon article. Par contre, petite erreur, Ryse n’est pas sorti sur PS4 mais sur PC. :)