Digital Molecular Matter : la révolution Pixelux

Digital Molecular Matter : la révolution Pixelux

ArtFx a développé avec la société Pixelux un partenariat qui va permettre à l’école de tester la « Digital Molecular Matter » (DMM), un système de simulation qui modélise les matériaux des objets pour pouvoir notamment les diviser en molécules ou encore leur appliquer des pressions, des pliages. Une vraie révolution, disponible en plug-in sous Maya et 3ds Max. En illustrations, les résultats de nos premiers tests à chaud. Des réalisations plus poussées à venir, on en reparle d’ici peu.

 

Digital Molecular Matter : fonctionnement

Digital Molecular Matter

 

Contrairement aux traditionnels moteurs de simulation basés sur la cinématique des corps rigides, le système DMM a la capacité de simuler de nombreuses propriétés physiques.

 

Les développeurs peuvent ainsi appliquer à un objet, ou à une partie seulement de cet objet, des propriétés physiques spécifiques qui vont réagir aux stimuli et se comporter comme l’objet le ferait dans le monde physique réel.

 

Pour ce faire, la DMM modélise les propriétés des matériaux (le bois, le verre, l’acier, la pierre, la gelée…), et imite les effets des stimuli (pression, rupture, chaleur…) sur la matière moléculaire, en se basant sur les résultats observés dans le monde réel.

 

Grâce à la DMM, nous allons pouvoir augmenter les quantités de débris générés lors de la destruction d’un objet et aller vers encore plus de réalisme !

 

 

 

 

Digital Molecular Matter

 

A propos de Pixelux et des applications de la DMM

Fondée en 2004 à Genève, Pixelux est une société de développement qui travaille notamment avec LucasArts Entertainment Company (jeux vidéo : « Star Wars, The Forces Unleashed », « Indiana Jones »…), Weta Digital Studio (post-production VFX : « Avatar »), Moving Pictures Company (post-production VFX : « Sucker Punch »). Leur but premier est de travailler autour de la simulation de comportements physiques en images de synthèse. La « Digital Molecular Matter » a été repérée dès 2005 par LucasArts et est devenue depuis le produit-phare de Pixelux. Cette technologie a été utilisée dans de nombreux jeux vidéos et pour des scènes de destruction d’anthologie dans des films comme « X-Men First Class », « Source Code », « Sucker Punch » etc.

 

Résultats en vidéo

 

 

En savoir plus

>> Le site de Pixelux
>> Le plug-in DMM sur le site de l’éditeur

 

L’auteur de l’article

Responsable Pédagogique Technical Director ArtFx.

Comments are closed.